Prenons l’exemple d’une société française qui souhaiterait créer un montage financier offshore. Le particulier créé une société écran à Hong Kong, un paradis fiscal. Cette société permet de cacher des millions d’euros sur des comptes placés à l’étranger.

On se demande dès lors d’où provient cet argent et pourquoi tous ces millions ont été volontairement dissimulés.

Après avoir réalisé une étude chronologique de la société française, il s’avère que cette évasion a été entreprise au moment où le groupe était en plein expansion après avoir racheté des usines à l’étranger. Le chiffre d’affaire de l’entreprise avait explosé et même si les comptes ne sont pas publiés alors que c’est une obligation fiscale, l’amende est dérisoire (environ 1500 euros) par rapport aux millions de bénéfice réalisés.

Pour obtenir plus d’information, l’enquêteur peut, en France, obtenir des témoignages (attestation 202 du Nouveau Code de Procédure Civile) d’anciens salariés du groupe qui accepterait d’apporter plus d’éléments à la compréhension du dossier pour lequel l’enquêteur est mandaté.

Pour réaliser ce montage financier, il s’avère que les millions d’euros étaient placés dans les comptes en Suisse, et ont été transférés dans une autre banque à Hong Kong ou le compte est ouvert au nom d’une société écran.

Officiellement, le propriétaire de cet argent n’est plus la société française, mais une nouvelle société écran appartenant à la société française.

Les millions d’euros de la banque d’Hong Kong, ont été transférés dans une banque au Bahamas, puis aux Pays Bas, puis crédité dans un compte au Luxembourg d’une autre banque, toujours au nom de la société écran crée à Hong Kong.

Il existe des Cabinets d’avocats dans des paradis fiscaux qui se chargent d’effectuer ces montages financiers pour le compte de la société française.

Donc le recours à ces mécanismes offshores sont pour la plupart du temps réalisées car les fonds ne sont pas déclarés aux services fiscaux d’où sont enregistrés les statuts de l’entreprise ou encore parce qu’il s’agit d’un blanchiment d’argent.